Comment maîtriser la dette publique

La finance publique possède plusieurs domaines et la dette publique fait partie de ses branches. Par définition, la dette publique est considérée comme les engagements financiers pris à l’Etat. Pour faire plus simple, ce sont les emprunts  financiers demandés directement à l’Etat par les entreprises publiques, les organisations sociales et bien plus. Pour bien maitriser la dette publique il faut tout d’abord bien définir ses objectifs c’est-à-dire bien gérer les rendements obligataires. Il faut aussi minimiser les couts de la dette c’est-à-dire savoir choisir et bien déterminer les conséquences avant chaque empreint, bien choisir entre les dettes à court, moyen et long terme. Il faut également minimiser les risques des dettes à court et moyen terme.En effet, il faut vérifier si les APU peuvent rembourser leur dette dans le délai imposé.

La dette publique en France

dette-publique-en-france.jpg

Comme nous l’avons cité en amont, la dette publique c’est les emprunts pris à l’Etat, mais ici c’est l’ensemble des dettes de toutes les administrations publiques françaises. La dette publiqueen France a été estimée à la fin du trimestre 2015 à 2 089,4 milliards d’euros, soit 97,5 % du PIB. C’est à partir de l’année 2014 qu’elle a dépassé officiellement les 2 000 milliards. Ces études sont faites par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) et qui ont aussi affirmé que ces chiffres vont augmenter d’année en année. L’histoire de la dette publique en France a connu divers changement. Mais cela a été maitrisé après le traité de Maastricht qui définit un endettement public annuel de moins de 3% et une dette inférieure  à 6% du PIB.

Les mesures prises pour limiter la dette publique

les-mesures-prises-pour-limiter-la-dette-publique.jpg

Il existe plusieurs méthodes pour limiter la dette publique. En premier lieu, supprimer les dispositifs inefficaces et couteux comme les politiques de logement et les politiques de formations professionnelles. En second lieu, réduire les effectifs de la fonction publique et réorganiser la sécurité sociale et la dépense de santé.